DSpace

OceanDocs >
Africa >
Senegal >
Direction des Pêches Maritimes / CRODT >
4. Thèses >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/1834/3007

Title: Evolution du pH et de la température au cours de la transformation artisanale du cymbium (voluté). Essai sur les perspectives de valorisation du produit transformé
Authors: Diouf, A.
Theses advisor: Seydi, M.
Mbengue, M.
Diouf, N.
Diagne, B.M.
Diatta, J.
Sembene, M.
ASFA Terms: Processing fishery products
Fermentation
Biology
Marketing
Drying
Temperature
Statistics
Issue Date: 2008
Abstract: L’étude porte sur l’évolution du pH et de la température au cours de la transformation artisanale du Cymbium, ainsi que sur les perspectives de valorisation du produit transformé. Les expérimentations menées au site de transformation artisanale de Joal ont permis de constater que : Après 12 heures de séjour en bac (1ère nuit), le Cymbium est encore en phase de rigor mortis. Le pH moyen affiché à l’issue de cette première nuit est de 7,6 ; donc proche de celui du mollusque vivant ; Le pH moyen du produit fini est légèrement acide et se situe entre 6,3 et 6,4. Donc le yeet de Joal est très peu fermenté ; Les difficultés de séchage notées sont dues : soit au manque de maîtrise des paramètres tels que, la température, l’humidité relative et la vitesse de l’air, soit à l’absence de protection du produit en cours de séchage contre les intempéries. Les essais sur les perspectives de valorisation montrent que : 47,64% du poids du Cymbium dépourvu de sa coquille font l’objet de rejets sous forme de rebuts (surtout en milieu industriel) ; Les enzymes végétales que sont, la bromélaïne, contenue dans le jus d’ananas, et la papaïne, contenue dans le latex de papaye, ainsi que les acides organiques contenus dans le vinaigre et le jus de citron, favorisent l’acidification et accélèrent la fermentation, tout en améliorant le goût, l’odeur et la texture du produit fini ; Les meilleurs résultats sont obtenus dans le cas de la fermentation sous température contrôlée, au laboratoire, où le pH du produit fini se situe entre 4,3 et 4,7. Enfin, sur l’ensemble de l’étude, il est prouvé que les rendements obtenus pour les produits ayant subi un processus de transformation complète (dans le cas des essais sur les perspectives de valorisation) sont faibles par rapport à ceux transformés à Joal. Ces rendements vont de : 2,88 à 28,57% pour le premier groupe de produits ct 31,4 à 58,3% pour le second groupe de produits.
URI: http://hdl.handle.net/1834/3007
Appears in Collections:4. Thèses

Files in This Item:

File Description SizeFormat
transformationcymbium.pdf2.13 MBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.